Théatre de la Canaille

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13

Un roman de renart

L'idée de nous intéresser au « roman de renart » pour en faire quelque chose de surprenant en nous fondant sur les qualités intrinsèques universelles des grandes fables nous est venue de l'état de l'époque invraissemblable que nous traversons.

Présentation
L'insatiable appétit d'argent, de biens, de sexe, de représentations sensationnelles chez certains de nos contemporains, l'état de crise économique et morale dans quoi tout ceci baigne, nous ont interpellés sur ce que notre civilisation impose en modèle aux esprits les moins avertis.

En fait, raconter quelque chose de ces égarements qui puisse concerner les enfants est tout simplement devenu un but, comme une révélation dont nous avions besoin pour nous-mêmes. Probablement pour nous rafraîchir et nous reconstituer. Désigner l'inusable stupidité de ce qu'il y a de primaire chez l'homme, son avidité, la brutalité de son imagination à concevoir le mal pour assouvir un pauvre désir, se trouver face à des jeunes pour faire passer cela nous sont devenus essentiel. Et, en dépit de l'ancienneté des récits, ceux-ci se sont imposés à nous comme les meilleurs ambassadeurs de cette dénonciation. Leur simplisme apparent est une force subversive réelle, les principales figures des personnages sont gravées dans l'inconscient collectif. Renart a en quelque sorte enfanté le « Joker » de Batman, sans foi ni loi, prédateur indomptable, méphistofélique, il est la parfaite créature maléfique indestructible qui ne trouvera jamais à se rassasier. Ces personnages sont nos épouvantails, ils amplifient la toute puissance sauvage de nos égos infantiles, de nos désirs primaires de possession. Ils sont nos ennemis intimes. Quelle joie de mieux faire connaissance!

La verve, la truculence, le raffinement dans la manigance provoquent nos désirs de fantaisie. L'association de l'écriture brute à la force sauvage des évocations et à la beauté poétique des images donne du souffle à notre propre fantasmagorie.

Le spectacle se déroule dans une boîte noire en forme de théâtre autonome qui comprend une mécanique d'apparitions et un cyclo au lointain, tout pour favoriser une mise en images pointue et magique.

Les 3 interprètes (2H, 1F), sont pourvus de signes animaliers, ils sont agiles, subtiles dans leur expression physique et vocale. La plastique de leurs mouvements «croquée » est fluide tout comme les jeux d'apparitions de figures et d'images. Ils sont contemporains dans leur allure et leur propos. Leur excentricité décalée accélère le saut dans le temps et la déformation de leur jeu bien tenue amplifie l'actualité du sens.

Tout doit se passer comme lorsque l'on étaient enfants, l'on se resserait pour regarder le livre-objet animé et lumineux.

Denis Buquet.

Distribution
Mise en scène : Denis Buquet
Distribution : Jean-François Levistre, Christelle Theuret, Pierre Delmotte.
Assistant : Jean-François Levistre
Scénographie : Stéphane Landais, Thierry Dalat.
Conception lumière : Jean-Claude Caillard
Costumes : Sylvie Skinazi (Conception), Brigitte Garcia (Réalisation)
Maquilleuse : Véronique Zoller
Sonographie : Philippe Marcel-iung
Régisseur : Hervé Grignon
Administration : Dorothée Bardin
Photos